TRAVAUX
CHANTIERS
GIRARDIN
LA LETTRE DU BORD
ACTUALITE
LIENS
CONTACT
Articles de presse et commentaires de lecture sur Qoëlet
roman


Didier Decoin, secrétaire général de l'académie Goncourt

S'il n'était un jeune romancier moderne, François de Gourcez pourrait être une sorte de fils spirituel d'Emily Brontë et de Jack London, ayant Alexandre Dumas, Rafaël Sabatini et Rudyard Kipling comme oncles, et Selma Lagerlöf (celle de La Légende de Gösta Berling) pour marraine.

Son livre épatant (au sens littéral du verbe épater, c'est-à-dire "qui remplit d'une surprise admirative") associe de façon jubilatoire l'esthétique du roman historique, le style à bride abattue du roman d'aventures, et les arcanes, mystères et révélations, du roman d'apprentissage.

Son Qoëlet, c'est du romanesque et du vrai, du grand, du régalant, du savoureux, plus de trois cents pages comme autant de menus de fête pour lecteurs dévoreurs de (bons) livres.

A une époque où tant de romans nous confinent dans une vision déprimée du monde, François de Gourcez saute par la fenêtre et nous entraîne avec lui dans une trajectoire flamboyante.

D.D

L'Est-éclair / Libération Champagne - 14 août 2006



Qoëlet. Etrange et fascinant destin.

[...] Un roman très riche fait d'aventures, de légendes et d'histoire sur fond de quête éternelle, celle du bonheur.

 

Paris Match - semaine du 31 août au 6 septembre 2006



Premiers de la classe
Parmi les 683 romans de la rentrée, beaucoup de grands noms déçoivent,
tandis que chez les nouveaux auteurs on trouve quelques perles...

Qoëlet

Le grand roman du XIXe siècle n'est pas mort. Et c'est un auteur de 37 ans qui, cet automne, en est le meilleur porte-plume.[...]
On cavalcade dans tous les sens sans que ce grand récit d'aventures perde la tête. C'est impressionnant de maîtrise. François de Gourcez est diplômé en sociologie et en droit. Il a adressé son manuscrit par la poste. Le livre a suscité un enthousiasme immédiat et justifié chez l'éditeur. Puisse-t-il en être de même chez les lecteurs...

Jérôme Béglé

La Vie, semaine du 14 au 20 septembre 2006

Qoëlet, de François de Gourcez

Premier roman. Texte atypique que ce très beau Qoëlet : l'écrivain a dédaigné le rite inaugural de l'introspection ou de l'autobiographie, auquel sacrifient la plupart des nouveaux venus en littérature, pour se lancer d'emblée dans le roman d'aventure historique. Le destin de son Qoëlet, fils d'un aristocrate breton, né en 1713, aurait enchanté un Alexandre Dumas. [...] Cette foisonnante épopée a la profondeur, la densité d'un journal intime. Le soubassement biblique (le nom du héros, semblable à celui de l'auteur de l'Ecclésiaste, n'est pas un hasard) ajoute une surprenante saveur. Chapeau bas.

Marianne Dubertret

 

Elle, semaine du 18 septembre 2006


PREMIER ROMAN
SUIVEZ CE JEUNE HOMME...

[...] Une superbe quête qui a la grâce de ces premiers romans initiatiques qui trouvent leurs réponses dans le pur bonheur de l'écriture.

Joëlle Chevé

 

LCI : Les coups de coeur des libraires - samedi 7 octobre 2006

Le coup de coeur de Céline Fillot, Librairie d'Epinay sur Orge

 

Le Nouvel Observateur, semaine du 5 octobre 2006

Heureux celui qui lit Qoëlet

Ce livre est la bouleversante histoire d'une vie. […] Mais ce roman d'aventures, si grand soit-il, n'est que l'alibi sophistiqué d'un projet littéraire plus audacieux encore. Ce que François de Gourcez a si splendidement réussi, c'est de puiser dans la sombre tonalité de l'Ecclésiaste. Il y a un temps pour tout, jamais rien de neuf sous le soleil, tout n'est que vanité, et même la souffrance et le savoir ne sont que buée. L'auteur a d'abord imaginé le cheminement intérieur d'un homme jeté dans le fleuve absurde de la vie avant de lui donner un visage et un corps, puis de trouver un siècle et une terre où déposer son inoubliable Qoëlet. Là est le secret du livre et de son étrange épaisseur. Heureux celui qui ne l'a pas encore ouvert.

Anne Crignon

 

La Voix du Luxembourg, 5 octobre 2006

La variole éradiquée

C'est un roman écrit avec violence et distance. On y découvre que le monde était vaste hier comme aujourd'hui, que les guerres y faisaient rage. Qoëlet, petit nobliau breton, lassé d'études théoriques, dévoré par des pulsions adolescentes, court l'aventure sur les mers. Il y lie des amitiés et inimitiés durables. Elles vont le porter à travers le continent indien, le repousser aux frontières de la désillusion, le ramener sur les chemins de la gloire, de l'espoir, pour enfin appréhender la sagesse. Déchiré par ses origines, l'adolescent se mue en adulte en lutte contre la maladie, la redoutable variole. Aux côtés des encyclopédistes, il se bat pour l'avancée de la science.

A.M.G.-G.

 

L'Echo de l'Ouest, 6 octobre 2006

Un roman captivant […] On est transporté ailleurs.

Guy Perraudeau

 
Le magazine de la santé au quotidien, 6 octobre 2006, France 5

La bibliographie de Gérard Collard

 

Les conseils de Le masque et la plume, dimanche 8 octobre 2006, France Inter

 

Bibliothèque pour tous, 9 octobre 2006

[…] Un premier roman épique où l'on ne s'ennuie jamais.

 

Le Point, 12 octobre 2006

La légende de Qoëlet

[…] Roman initiatique, récit d'aventures, conte philosophique et histoire d'amour, l'auteur se joue des genres et donne un livre intense. Et Gourcez réussit le tour de force de donner du sens à l'adage d'un certain Qohélet, auteur de l'Ecclésiaste : « Tout n'est que vanité et poursuite du vent. »

Fabien Canale

 

Lire est un plaisir, journal d'un chroniqueur littéraire
Brice Depasse



cliquer pour écouter

Qoëlet, le survivant

Retenez bien ce nom : François de Gourcez. Ce jeune auteur publie un (premier) roman historique qui ravira les amateurs du XVIII° et les passionnés d'aventures façon Alexandre Dumas. Qoëlet, dernier descendant d'une famille bretonne de va-t-en guerre, doit choisir entre rentrer dans les ordres (voeu de sa mère) et la carrière militaire (désir de son "père"). On ne perd pas de temps à cette époque de lutte contre la maladie (la variole décime la France) et contre les ennemis du royaume , aussi Qoëlet quitte-t-il à l'âge de quatorze ans le manoir familial pour mener une vie de savoir et de voyage digne des rêves du baron de Münchausen.

 

La Croix, jeudi 26 octobre 2006

Qoëlet ou la destinée, comme on le dit du Zadig de Voltaire, pourrait être le titre complet du premier roman de François de Gourcez. Un conte philosophique sur le sort, souvent douloureux, réservé aux hommes par les caprices de la vie. Une oeuvre romantique construite autour d'une quête presque impossible, celle du bonheur. […] "Il est important de se faire à l'idée que le mal est nécessaire à l'ordre du monde et à la naissance du bien", explique Jesrad à Zadig dans l'ouvrage de Voltaire. C'est également l'une des leçons de ce sage Qoëlet dont le nom est synonyme de destinée humaine.

Claude Colombo-Lee

 


Rouen lecture Normandie n°100, novembre 2006

325 pages d'aventures romanesques fort prenantes, sur fond historique.

 

Livres Jeunes Aujourd'hui, novembre 2006

[…] On ne s'ennuie pas dans ce premier roman tonitruant, épique, ce "cape et d'épée" de la médecine du XVIIIe siècle d'où l'on sort un peu plus savant.

 

RTL, 5 novembre 2006
Les livres ont la parole, Bernard Lehut et Thierry Gandillot


Cliquer pour écouter

A chaque rentrée littéraire nous avons pris l'habitude d'accueillir dans cette émission l'auteur d'un premier roman, un écrivain débutant et prometteur. Cette fois, le choix s'est porté sans hésitation sur François de Gourcez qui publie chez Robert Laffont un roman historique remarquable, tant par sa maitrise d'écriture que par l'habileté de sa narration.

Son titre: "Qoëlet", du nom de son héros, gentilhomme breton du 18ème siècle aux vies multiples mais mues par un objectif unique, vaincre le fléau de l'époque, la variole, dite aussi "petite vérole".

 

Sélectionné pour le
Prix Première 2007


Cliquer pour écouter

LA PREMIÈRE propose un nouveau rendez-vous autour du livre et crée son prix littéraire.
Le PRIX PREMIÈRE a pour ambition de récompenser un premier roman francophone publié, sorti en librairie entre la rentrée littéraire de septembre et la Foire du Livre de Bruxelles.
Chaque année, un ouvrage sera choisi par un jury d’auditeurs parmi une sélection proposée par un comité de professionnels du livre (libraires, critiques, journalistes et animateurs de La Première).
Chaque lundi dans Culture Club, entre 12.00 et 12.30, Corinne Boulangier et Éric Russon reçoivent tour à tour les auteurs et les membres du jury des auditeurs pour évoquer avec eux ces premiers romans en lice.
Chaque mois, découvrez la sélection du Prix Première et réécoutez les interviews des auteurs et les avis des membres du jury des auditeurs !

 

Sélectionné pour le
Prix France Bleu Berry




4ème édition du Prix France Bleu Berry.

Des auditeurs de France Bleu Berry se sont inscrit. Huit d'entre eux sont sélectionnés pour faire partie du Jury présidé, cette année, par Claude Sérillon (écrivain, journaliste).

 

Le Figaro, vendredi 29 décembre 2006

Sacrées vaches

Le titre étrange est déjà une indication qu'on quitte les sentiers battus par l'invention romanesque centrée sur le XXIe siècle. […] Sous une forme romanesque au temps des Lumières, l'évocation de cette découverte de la vaccination attirera ceux qui apprécient les belles - et tragiques - histoires en couleurs.

Eric Ollivier

 

Le Figaro Magazine, samedi 30 décembre 2006

Ce premier roman est une réussite. D'un style parfaitement maîtrisé qui jamais ne s'essoufle, Qoëlet est digne des plus grands récits épiques. L'auteur y construit un personnage irresistiblement attachant et nous entraîne dans un voyage au coeur d'un XVIIIe sicèle qui ocille encore entre ombre et lumière. Jubilatoire.

Isabelle Courty

 

Ouest france, vendredi 5 janvier 2007

En parcourant à la suite de Qoëlet ce monde en gestation de modernité que fut le XVIIIe s, au fil d'aventures épiques ou amoureuses, en fréquentant Vauvenargues, Robert Sutton, La Condamine et même Madame de Pompadour, nous voyons naître à travers le regard passionné du héros romanesque l'une des plus prodigieuses conquêtes médicales, la vaccination que l'Europe découvrit grâce à cette forme de mondialisation que fut le voyage.

Yannick Pelletier

 

La Nouvelle Revue d'Histoire - janvier-février 2007

[…] Le premier roman de François de Gourcez est une révélation : style remarquable, sens aigu de la formule, parfaite connaissance des mentalités de l'époque et de l'univers dans lequel, de Vannes à Istanbul, de Paris à Pondichéry, du Kossovo à l'Ecosse, évolue son héros voyageur. Pour un coup d'essai, Qoëlet se révèle un coup de maître, que l'on espère suivi de nombreux autres.

Anne Bernet

 

Encres vagabondes - 21 avril 2007


Le premier roman de François de Gourcez se démarque nettement de la production courante. […]
A la fois roman historique, roman d’aventures et récit initiatique, l’œuvre frappe par une ambition assez rare chez un jeune écrivain, et sa réussite est quasi-totale. Il y a bien ici et là quelques aspérités stylistiques que l’on aimerait polir, mais le contexte historique, qui nous permet de rencontrer des personnages comme Vauvenargues et Madame de Pompadour, de suivre les avatars de la Compagnie des Indes, de découvrir avec une précision clinique les ravages de la variole et de nous passionner pour la lutte des Lumières contre l’obscurantisme, est dépeint avec un relief saisissant. Par ailleurs, l’intérêt du récit ne se dément jamais, et les personnages ont une épaisseur et une vérité qui les imprime fortement dans le souvenir du lecteur. Qoëlet lui-même est doué d’un courage, d’une ambition, d’une générosité qui lui donnent une force de caractère exceptionnelle ; c’est un homme qui revendique la liberté d’être totalement lui-même et d’aller jusqu’au bout de son destin. Mis à part l’amour qui illumine brièvement sa vie, c’est aussi un être étonnamment solitaire. Son histoire est celle d’une quête, qu’il appelle quête du bonheur, et qui est aussi une quête du sens ; ses étapes (recherche, indépendance, amour, unité, connaissance, dénuement, émerveillement) constituent les grandes parties d’un roman balayé par un souffle qui atteste l’envergure de l’écrivain. A la fin, cette vie tumultueuse, voire glorieuse, se perd dans un oubli paisible comme un ruisseau bu par les sables du désert : « Il souriait. L’oubli ne le hantait pas. Il lui semblait qu’il se déprenait lentement de lui-même. Qu’il était cent autres. Puis un seul. Puis un oiseau planant dans le ciel. Une montagne. Un poisson. L’eau de la rivière. Une particule de lumière : l’or du ciel. » Qoëlet ne laissera aucun souvenir ; l’Histoire l’a englouti et s’est refermée sur lui comme la surface de la mer. Cet anéantissement consenti n’est pas sans rappeler certaines pages de Marguerite Yourcenar.

Sylvie Huguet

 

Deutschlandradio Kultur - janvier 2008

[…] Dazu zieht sich als roter Faden die Geschichte der Pocken, die zu jener Zeit die meisten Toten in Europa hervorriefen durch den Roman. Diese Ernsthaftigkeit und Authentizität hebt "Der Kopf des Löwen" erfreulich gegen die Menge der historischen Romane ab, die zurzeit den Markt überfluten und häufig mit viel Herz und Schmerz eine sehr eigenwillige und oberflächliche Geschichtsinterpretation liefern.

Allerdings macht es dieser Anspruch von Francois de Gourcez dem Leser nicht immer ganz einfach, bei der Sache zu bleiben. Nur der historisch interessierte und gebildete Leser kann die vielen Namen und Hintergründe gut miteinander verbinden und den Spannungsbogen halten.

Auch stilistisch taucht der Autor in das 18. Jahrhundert ein, mit verschnörkelten Sätzen. Diese sind am Beginn etwas gewöhnungsbedürftig - "schon früh in der Jahreszeit hatte die Knappheit Hungersnot und Ungeziefer in die Dörfer getrieben und so der Plage das Lager bereitet" - lesen sich aber mit der Zeit immer flüssiger und entwickeln ihren eigenen Reiz.

Rezensiert von Birgit Koß

 

RTL - "Laissez-vous tenter" - mardi 10 juin 2008
Autour de Christophe Hondelatte : les livres de Bernard Lehut
Livres de poche - "Qoëlet" de François de Gourcez (Livre de poche) François de Gouraz


Cliquer pour écouter

[…] C'est un formidable récit d'aventure... L'auteur est un débutant : pour un coup d'essai, ce fut un coup de maître.

 


Sélection du Prix des Lecteurs du Livre de Poche




PRIX DES LECTEURS 2008
LITTERATURE
Commentaires - août
Qoëlet de François de Gourcez.

Voici quelques commentaires choisis de notre jury :

Le côté "picaresque" de ce roman au langage fleuri, au vocabulaire riche et imagé, la verve de son auteur, son sens de la narration, tout contribue à faire de cette lecture un moment de pur plaisir. A cela s'ajoute l'aspect instructif concernant la genèse de la vaccination contre la variole qui faisait des ravages au XVIIIe siècle. Nous ne pouvons qu'être admiratifs du talent de ce jeune auteur et de la parfaite maîtrise dont il fait preuve dans ce premier roman divertissant et passionnant, poussant la malice jusqu'à se pencher (par narrateur interposé) au-dessus de notre épaule pour émailler son récit de réflexions en forme de clins d'oeil complices, lesquels achèvent de nous persuader qu'il nous tient complètement "au bout de sa plume".
Chapeau ! Danielle, Bagneux (92)

Un livre excellent, on ne s'ennuie pas une seconde aux côtés de ce héros un rien candide, qui ne doute de rien au cours de ses périples. On est touché par ce personnage extraordinaire. Ses rencontres n'en sont pas moins intéressantes. Chaque personnage est très bien traité. L'écriture coule toute seule. Un roman vraiment très bon, dont on a bien du mal à se détacher à la fin. Un des meilleurs livres qu'il m'ait été donné de lire dernièrement ! Stéphanie, Fressain (59)

Roman d’aventures, d’amour, roman historique, on suit Qoëlet tout au long de sa vie, de ses voyages, et dans son engagement pour la vaccination contre la variole, et on admire la force de son abnégation. Ce livre fait preuve d’un souffle littéraire ambitieux, dans la reconstitution historique comme dans le romanesque. Laure, Loué (72)

Qoëlet , précurseur scientifique du XVIIIe siècle, naïf, presque frère de Candide, découvre le principe du vaccin contre la variole. Il s'opposera à ses contemporains, convaincu de l'importance de sa découverte et de ses convictions. Quel roman étonnant ! Pas une once de sentimentalisme, pas de faux-semblant, seulement la foi d'un esprit pur, rigoureux, qui veut mener son combat jusqu'au bout, contre l'obscurantisme, l'intolérance et les esprits rétrogrades. Un excellent roman historique, précis, instructif et si palpitant qu'on se prend à espérer d'autres nouveaux récits de François de Gourcez ! Régine, Dieppe (76)

François de Gourcez signe un roman d'une grande maîtrise, tant par le style digne des grands auteurs du XVIIIesiècle, que par l'histoire proposée, avec un savant mélange d'aventures, d'amour et de pans historiques. Un livre exaltant. Géraldine, Vendôme (41)

Un livre à recommander pour les nombreux plaisirs de lecture qu'il procure. A travers une histoire certes romancée mais sur un thème historique original, on apprend beaucoup à propos des maladies et de la vaccination. Sans s'ennuyer un instant, tant le sujet est riche, le panorama large (de l'orient à l'occident) et l'écriture un régal de finesse, on dévore et on ferme le livre en se sentant différent : plus cultivé peut-être, mais plus ouvert surtout. Un pari réussi. Un grand coup de coeur. Geneviève, Génicourt (95)

Une histoire bouleversante et riche d'une longue vie de quêtes et d'aventures d'espoirs et de désillusions, gloire et sagesse. Un roman fort. Françoise, Digne-les-Bains (04)

 


"Qoëlet" lauréat du prix de littérature régionale 2009 du Lions Club International (France)
 
             
Accueil