TRAVAUX
CHANTIERS
GIRARDIN
LA LETTRE DU BORD
ACTUALITE
LIENS
CONTACT

L'Ecclésiaste ou Qoëlet




PAROLES DE COHÉLET,
FILS DE DAVID, ROI DE JÉRUSALEM.

(Traduction d'Ernest Renan)


I

Vanité des vanités, disait Cohélet ; vanité des vanités ; tout est vanité !
Quel profit l'homme retire-t-il des peines qu'il se donne sous le soleil ? Une génération s'en va ; une génération lui succède ; la terre cependant reste à sa place. Le soleil se lève ; le soleil se couche ; puis il regagne en hâte le point où il doit se lever de nouveau. Tantôt soufflant vers le sud, ensuite passant au nord, le vent tourne, tourne sans cesse, et revient éternellement sur les cercles qu'il a déjà tracés. Tous les fleuves se jettent dans la mer, et la mer ne regorge pas, et les fleuves reviennent au lieu d'où ils coulent pour couler encore.
Tout est difficile à expliquer ; l'homme ne peut rendre compte de rien ; l'œil ne se rassasie pas à force de voir ; l'oreille ne se remplit pas à force d'entendre.
Ce qui a été, c'est ce qui sera ; ce qui est arrivé arriva encore. Rien de nouveau sous le soleil. Quand on vous dit de quelque chose : " Venez voir, c'est du neuf ", n'en croyez rien ; la chose dont il s'agit a déjà existé dans les siècles qui nous ont précédés. Les hommes d'autrefois n'ont plus chez nous de mémoire ; les hommes de l'avenir n'en laisseront pas davantage chez ceux qui viendront après eux.
Moi, Cohélet, j'ai été roi sur Israël, à Jérusalem. La première application que je fis de mon esprit fut de rechercher et d'examiner avec soin tout ce qui se passe sous le soleil. J'arrivai bientôt à reconnaître que c'est la pire des occupations que Dieu ait données aux fils d'Adam pour s'y user. Ayant vu, en effet, toutes les choses qui se font sous le soleil, je n'y trouvai que vanité et pâture de vent.

On ne peut redresser ce que Dieu créa courbe,
Ni faire quelque chose avec ce qui n'est pas.

Je me disais en moi-même : " Me voilà grand ; j'ai accumulé plus de science qu'aucun de ceux qui ont vécu avant moi dans Jérusalem ; mon intelligence a vu le fond de toute chose ; j'ai appliqué mon esprit à connaître la sagesse et à la discerner de la folie. " J'appris bien vite que cela aussi est pâture de vent ; car

Qui thésaurise la sagesse
Thésaurise aussi la tristesse)
Et trop de science entasser
C'est mauvaise humeur amasser.


III

Alors je me dis à moi-même : " Voyons ; essayons de la joie ; goûtons le plaisir. " Je devais reconnaître que cela aussi est vanité ; car bientôt

Au rire je dis : " Yolie ! "
Au plaisir : "Que me veux-tu ! "

Je résolus, dis-je, en mon cœur de demandez au vin le bien-être de ma chair et, sans renoncer pour cela à mes projets de sagesse, d'adhérer momentanément à la folie, jusqu'à ce que j'eusse découvert ce qui vaut le mieux pour les fils d'Adam, entre tant d'occupations diverses auxquelles ils se livrent sous le soleil durant les jours de leur vie. Je fis de grandes œuvres ; je me bâtis des palais ; je me plantai des vignes ; je me construisis des jardins et des parcs ; j'y plantai des arbres fruitiers de toute sorte ; je fis creuser des réservoirs d'eau pour arroser mes bois de haute futaie ; j'achetai des esclaves des deux sexes ; si bien que le nombre des enfants de ma maison, de mes bœufs et de mes brebis surpassa celui que personne eût jamais possédé avant moi à Jérusalem. En même temps, j'entassai dans mes trésors l'argent, l'or, l'épargne des rois et des provinces ; je me procurai des troupes de chanteurs et de chanteuses et toutes les délices des fils d'Adam de quelque genre que ce fût. Ainsi je devins plus grand et j'amassai plus de bien que tous ceux qui avaient été avant moi à Jérusalem, sans que pour cela ma sagesse m'abandonnât. Et je ne refusai à mes yeux rien de ce qu'ils souhaitèrent, je n'interdis à mon cœur aucune joie. " Après tout, me disais-je, je ne fais que jouir de ce que j'ai gagné par mon travail ; ces plaisirs sont la récompense des peines que je me suis données. "
Puis, m'étant mis à considérer les œuvres de mes mains et les travaux auxquels je m'étais livré, je reconnus que tout est vanité et pâture de vent, que rien n'est profit solide sous le soleil.


IV

Je me pris alors à étudier quelle différence il peut y avoir entre la sagesse d'une part, la folie et la sottise de l'autre. " Car, me disais-je, quel homme venant après un roi peut refaire les expériences qu'il a faites ? "
Je crus d'abord que la supériorité de la sagesse sur la sottise est comme la supériorité de la lumière sur les ténèbres.

Le sage a des yeux dans sa tête,
Et le fou marche dans la nuit.

Or bientôt je vis qu'une même fin est réservée à tous les deux. Et je pensai en moi-même : " Si la destinée qui m'attend est la même que celle du fou, que me sert alors d'avoir travaillé sans relâche à augmenter ma sagesse ? " Et je dis en mon cœur : " Encore une vanité. " II n'y a pas plus de souvenir éternel pour le sage que pour le fou. Dans ce qui sera le passé des jours à venir, tout sera oublié. Comment se fait-il que le sage et le fou meurent de la même manière ?...
Ces réflexions me firent prendre la vie en haine ; j'eus de I'aversion pour tout ce qui se passe sous le soleil, voyant que tout est vanité et pâture de vent. Et je pris en dégoût les travaux auxquels je m'étais livré sous le soleil, songeant qu'il faudrait en laisser le fruit à l'homme qui me succédera. Or cet homme, qui sait s'il sera sage ou fou ? Et c'est cet homme-là qui sera le maître de tout ce que j'ai gagné par les travaux que j'ai menés à fin avec tant de labeur et de sagesse sous le soleil ! Encore une fois, vanité !
Je me pris donc à n'avoir que du dégoût au cœur pour tous les travaux auxquels je m'étais livré sous le soleil. Voilà un homme dont la vie laborieuse a été un chef-d'œuvre de sagesse, de savoir et de bonne fortune, eh bien, il laisse tout ce qu'il a gagné, sa juste part, à
quelqu'un qui n'y a été pour rien. Quelle vanité ! Quel abus ! car enfin que revient-il ainsi à cet homme-là de toutes les peines et de tous les soucis qu'il s'est donnés sous le soleil ? Ses jours ont été pleins d'ennui ; l'inquiétude a été son état habituel ; même la nuit son esprit ne dormait pas. Ô vanité ! Ne vaut-il donc pas mieux pour l'homme, manger, boire, goûter à son aise le plaisir conquis au prix de son travail ? J'arrivai même à penser que ce genre de bonheur nous vient de la main de Dieu. Si l'on mange, si l'on boit, n'est-ce pas grâce à lui ? II donne à celui qui lui plaît sagesse, intelligence et joie ; à celui qui encourt sa disgrâce il assigne la besogne d'amasser, d'entasser des richesses qu'il donne ensuite à celui qui lui plaît. Donc, encore une fois : Vanité ! pâture de vent !


V

Il y a temps pour tout, et chaque chose sous le ciel à son heure :

Temps de naître et temps de mourir,
Temps de tuer, temps de quérir,
Temps déplanter, temps de détruire,
Temps de bâtir, temps d'arracher,
Temps de gémir, temps de danser,
Temps de pleurer et temps de rire.
Temps d'assembler les blocs, temps de les disperser
Temps d'aimer les baisers et temps de les maudire
Temps de poursuivre un rêve ou de se l'interdire,
Temps d'aimer un objet, temps de le repousser.
Temps où l'on coud, où l'on déchire,
Temps où l'on parle, où l'on se tait,
Temps où l'on hait, où l'on soupire,
Temps de la guerre et temps de la paix.

Que reste-t-il donc à l'homme, des peines qu'il a prises ? J'ai vu toutes les occupations que Dieu a données aux fils d'Adam pour qu'ils s'y abrutissent. Il a fait toute chose bonne à son heure ; le monde, il le déroule devant les hommes, mais de façon que, d'un bout à l'autre, ils ne puissent rien comprendre à ses desseins.
Donc, conclus-je alors, il n'y a qu'une seule chose bonne pour l'homme, c'est de se réjouir et de goûter le bonheur pendant qu'il vit. Oui, quand un homme mange, boit, jouit du bien-être acquis par son travail, cela est un don de Dieu. Je vis clairement que tout ce que Dieu a fait restera éternellement tel qu'il l'a fait. Rien n'y peut être ajouté ; on n'en saurait rien retrancher. Tout cela. Dieu l'a fait pour qu'on le craigne. Le passé a existé dans un passé
antérieur ; l'avenir a déjà été ; Dieu recherche, pour le faire être encore, ce qui semblait avoir fui pour jamais.


VI

J'ai vu une autre chose sous le soleil : c'est le méchant assis au lieu où se rendent les jugements et l'iniquité trônant sur le siège de justice. " Dieu, me suis-je dit d'abord, jugera le juste et le méchant ; car il a fixé un temps à toute chose. " Mais bientôt j'ai reconnu que les enfants d'Adam ne sont pas aussi privilégiés de Dieu qu'ils le paraissent et qu'ils n'ont en réalité aucune supériorité sur l'animal. Car la destinée des enfants d'Adam et celle des animaux sont une seule et même chose. La mort des uns, c'est la mort des autres ; il n'y a qu'un même souffle en tout ; la supériorité de l'homme sur l'animal n'existe pas ; tout est vanité. Tout va vers un même lieu. Tout est venu de la poussière et tout retourne à la poussière. Qui sait si, tandis que le souffle des enfants d'Adam monte en haut, le souffle de l'animal descend en bas, vers la terre ?
Les enfants d'Adam ne sont pas aussi privilégiés de Dieu qu'ils le paraissent et qu'ils n'ont en réalité aucune supériorité sur l'animal. Car la destinée des enfants d'Adam et celle des animaux sont une seule et même chose. La mort des uns, c'est la mort des autres ; il n'y a qu'un même souffle en tout ; la supériorité de l'homme sur l'animal n'existe pas ; tout est vanité. Tout va vers un même lieu. Tout est venu de la poussière et tout retourne à la poussière. Qui sait si, tandis que le souffle des enfants d'Adam monte en haut, le souffle de l'animal descend en bas, vers la terre ? Je me confirmai donc dans cette pensée qu'il n'y a pour l'homme qu'une seule chose vraiment bonne, c'est de jouir lui-même du fruit de ses œuvres ; c'est là son vrai lot : en effet, après sa mort, qui le ramènera pour voir.
Je me confirmai donc dans cette pensée qu'il n'y a pour l'homme qu'une seule chose vraiment bonne, c'est de jouir lui-même du fruit de ses œuvres ; c'est là son vrai lot : en effet, après sa mort, qui le ramènera pour voir comment les choses se passeront ?


VII

Et je me remis à observer, et je vis les actes d'oppression qui se passent sous le soleil. Partout des opprimés baignés de larmes, et personne pour les consoler ! Des gens suppliant qu'on les tire des mains de ceux qui les oppriment, et personne pour les délivrer !
Alors je félicitai les morts et je préférai le sort de ceux qui ont disparu avant nous au sort des vivants dont l'existence s'est prolongée jusqu'à présent. Plus heureux que les uns et que les autres me parurent ceux qui n'ont jamais existé, puisqu'ils n'ont pas vu les choses qui se passent sous le soleil.
Je compris que tout effort, tout succès se résume en jalousie, en désir de surpasser son semblable. Encore une vanité, une pâture de vent !
L'insensé se croise les mains
Et vit de sa propre substance.
Mieux vaut une poignée de bonheur calme que les deux mains pleines de labeur et de vains soucis.


VIII

Autre vanité que j'ai vue sous le soleil : un homme seul, qui n'a personne pour lui succéder ni fils ni frère, et il travaille tout de même sans relâche, et son œil ne se rassasie pas de voir affluer chez lui les richesses. " Eh pour qui donc travaillé-je, se dit-il parfois, et privé-je mon âme de tout plaisir ? " Encore une vanité, une triste chose !
Deux valent mieux qu'un ; car, quand deux sont associés, leur travail a sa récompense. Si l'un des deux tombe, l'autre le relève ; mais malheur à l'homme seul ! S'il tombe, il n'a pas de second pour le relever. Si deux sont couchés ensemble, ils ont chaud ; mais l'homme seul, comment se réchauffera-t-il ? Quand le brigand s'attaque au voyageur qui a un compagnon, tous deux se réunissent pour lui tenir tête. Le fil tressé de trois brins ne se rompt pas.


IX

Mieux vaut un garçon pauvre et avisé qu'un vieux roi absurde, qui ne sait plus se laisser éclairer.
Tel passe en un moment de la prison au trône ;
Tel est né misérable en ses futurs états.
J'ai vu tout le monde s'empresser à la suite du jeune héritier qui doit succéder au vieux roi. Infinis ont été les maux qu'on a soufferts dans le passé ; mais, dans l'avenir, on n'aura pas plus à se réjouir de celui-ci... Toujours vanité et pâture de vent !


X

Observe bien tes pas quand tu vas à la maison de Dieu. Mieux vaut l'obéissance à la loi que les sacrifices des sots qui ne savent que faire le mal. Réprime les empressements de ta bouche, et que ton cœur ne se hâte pas de proférer des promesses en présence de Dieu ; car Dieu est dans le ciel, et, toi, tu es sur la terre. Que tes paroles soient donc en petit nombre.

Les songes, en effet, viennent à tout propos,
La voix du sot se perd en un flot de paroles.

Quand tu as fait un vœu à Dieu, ne tarde pas à l'accomplir ; Dieu n'aime pas les sots. Acquitte ce que tu as voué ; mieux vaut ne pas faire de vœux que d'en faire et de ne pas les accomplir. Ne permets pas à ta propre bouche de te constituer pécheur, et ne te mets pas en situation d'être obligé de dire à l'envoyé des prêtres : " C'était une erreur ", de peur que Dieu ne s'irrite et qu'il n'anéantisse l'œuvre de tes mains. Tous ces songes n'aboutissent qu'à prêtres : " C'était une erreur ", de peur que Dieu ne s'irrite et qu'il n'anéantisse l'œuvre de tes mains. Tous ces songes aboutissent qu'à un tas de paroles vaines ; crains plutôt Dieu !


XI

Si tu vois dans la province le pauvre opprimé et la rapine prendre la place de la justice et du jugement, ne t'en étonne pas ; c'est que les grands sont surveillés par des grands et qu'au-dessus d'eux il y a des grands encore.
L'excellence de la terre se montre en tout ; le roi même est soumis aux champs. Celui qui aime l'argent est insatiable d'argent ; celui qui aime l'opulence n'en goûte pas toujours les fruits. Quelle vanité encore ! Quand s'augmente la fortune, se multiplient ceux qui la grugent et le propriétaire n'en tire d'autre avantage que de voir la chose de ses yeux. Doux est le sommeil du laboureur, qu'il mange peu ou beaucoup, tandis que la satiété ne permet pas au riche de dormir.


XII

II y a un travers bizarre que j'ai vu sous le soleil : c'est la richesse qu'un possesseur jaloux garde soigneusement pour son héritier. Que cette richesse vienne à périr par quelque accident et le fils qu'il a mis au monde a les mains vides.
Quant à lui, sorti nu du sein de sa mère, il s'en va tel qu'il est venu, et il n'est pas une parcelle du fruit de son travail qu'il puisse emporter dans sa main. Oui, c'est là un travers bizarre. De la même façon qu'il est venu, il s'en ira... Quel profit lui revient-il d'avoir travaillé pour le vent ? Tous ses jours se sont passés sombres et tristes ; il a énormément peiné ; sa vie n'a été qu'impatience. Mon avis est donc que le meilleur parti pour l'homme est de manger, de boire et de jouir du fruit des peines qu'il s'est données sous le soleil, durant le nombre de jours que Dieu lui a compté. Voilà son vrai lot. Toutes les fois que Dieu
accorde à un homme des richesses, des trésors, et qu'il lui permet d'en goûter, d'en prendre sa part, de se réjouir du fruit de son travail, il faut regarder cela comme un don de Dieu. L'homme, en effet, cesse de penser à la brièveté des jours de sa vie tout le temps que Dieu tient son cœur en joie.


XIII

Encore un mal que j'ai vu sous le soleil et qui pèse lourdement sur l'humanité. C'est le cas d'un homme à qui Dieu a donné richesse, trésors, honneurs, qui ne manque de rien de ce qu'il désire, et à qui Dieu ne permet pas de jouir de sa fortune, si bien qu'un étranger mange le tout à sa place. Voilà une vanité et un abus étrange ! Quand même un homme donnerait le jour à cent fils et qu'il vécût des années aussi nombreuses que l'on voudra, s'il ne goûte aucun plaisir, et qu'après sa mort il n'ait pas de sépulture, je dis que le sort de l'avorton vaut mieux que le sien. L'avorton est venu dans le vide, il s'en va dans les ténèbres ; son nom est recouvert à jamais par la nuit ; il n'a pas vu le soleil. Mieux vaut son sort que celui de cet homme. Lors même qu'on vivrait deux fois mille ans, si avec cela on ne jouit d'aucun plaisir, qu'est-ce que cela ? Toutes les choses n'aboutissent-elles pas au même terme ?


XIV

L'homme ne travaille que pour sa bouche et n'arrive pas encore à se rassasier. Quel avantage a le sage sur le fou ? Que revient-il à l'homme modeste qui s'applique à marcher avec sagesse devant les vivants ? Mieux vaut vivre à sa guise que de s'exténuer. Trop de vertu est aussi une vanité, une pâture de vent. Tout ce qui existe est déterminé avant d'exister ; tel être a été prédestiné à naître homme ; il ne pourra pas tenir tête à plus fort que lui.


XV

II y a une sagesse qui s'en va répétant à tout propos : " Vanité !... quel profit pour l'homme ?... Qui sait ce qui est bon pour l'homme durant le petit nombre de jours qu'il passe parmi les vivants, jours frivoles qui fuient comme une ombre ?... Qui peut enseigner à l'homme ce qui après lui se passera sous le soleil ? "

Mieux vaut un bon renom que l'huile parfumée ;
Mieux vaut le dernier jour que le jour où l'on naît.

Mieux vaut aller à la maison des pleurs
Qu'à la maison où se donne la fête ;
A tous la même fin s'apprête ;
Vivants) rentrer donc en vos cœurs.

Mieux vaut le souci que le rire ;
La tristesse du front est bonne pour le cœur.

Le sage toujours pense à la maison de deuil;
Le fou ne sait rêver qu'à la maison de joie.

Mieux vaut le ton rondeur du sage
Que la chanson de l'insensé.
Les rires de l'écervelé
Ressemblent au bruit du feuillage
Qui crépite sous le trépied.
Eh bien, cela aussi est vanité ;

L'oppression fait d'un sage un f ou,
Et perd le cœur le plus paisible.

Mieux vaut la fin que le commencement ;
L'attente réussit mieux que l'emportement.

Ne sois donc pas prompt à t'emporter ; car

Dépit, au sein des fous, élit son domicile.


XVI

Garde-toi de dire : " Comment se fait-il que les jours d'autrefois valaient mieux que ceux d'à présent ? " Une pareille question n'est rien moins que sage. Sagesse vaut richesse pendant qu'on voit le soleil. L'abri que procure la
sagesse vaut l'abri que donne l'argent, et la sagesse a un avantage, c'est qu'elle procure longue vie à celui qui la possède.
Considère l'œuvre de Dieu ;

Qui peut redresser
Ce qui est courbe ?

Au jour du bonheur, sois en joie et, au jour du malheur, considère que Dieu a fait le bien comme le mal ; jouis du présent ; l'homme, en effet, une fois mort, ne trouvera rien auprès de lui.


XVIII

J'ai vu tout arriver dans les jours de ma vaine existence. Tel juste périt nonobstant sa justice ; et tel scélérat coule de longs jours nonobstant sa scélératesse. Ne sois pas trop juste et n'affecte pas trop de sagesse, de peur d'être un niais. Ne sois pas non plus trop méchant, ne va pas jusqu'à la folie, de peur tu ne meures avant le temps. La perfection c'est, tout en s'attachant à un principe, de ne pas lâcher le principe opposé ; par la crainte de Dieu on sort de tous les embarras. La sagesse est pour le sage une force supérieure à ce que sont dix capitaines pour une
ville.
Il n'y a pas d'homme juste sur la terre ; pas un seul qui fasse le bien et ne pèche pas. Laisse donc, sans les remarquer, bien des choses qui se disent. Par exemple, quand ton esclave profère des malédictions contre toi, garde-toi d'entendre ; songe en toi-même que souvent aussi il t'est arrivé de proférer des malédictions contre les autres.
J'ai examiné tout cela en sage, me disant sans cesse : " allons, plus de sagesse encore ! " Et voilà que la sagesse est toujours restée loin de moi :

Qui peut saisir l'objet que le lointain dérobe ?
Qui peut toucher le fond de l'abîme sans fond ?


XVIII

Or, dans cette investigation universelle, dans cette recherche pour trouver ce qui est le parti le plus sage et le plus avisé, dans cet examen qui fit passer devant mes yeux toutes les malices, toutes les insanités, toutes les absurdités, toutes les folies, j'ai trouvé quelque chose de plus amer que la mort : c'est la femme dont le cœur est un lac, un filet, et dont les mains son des chaînes. Celui qui plaît à Dieu se sauve d'elle ; le disgracié de Dieu s'y laisse prendre. " voyez, ceci est le résultat de mon expérience, dit le Cohélet. En les prenant toutes une à une, pour dresser la longue liste des choses que j'ai cherchées sans les avoir trouvées, je crois que j'ai bien trouvé un homme sur mille ; mais une femme parmi toutes celles que j'ai connues, je n'en ai pas trouvé une seule ! Tenez, voici ce que j'ai trouvé : c'est que Dieu a fait la nature humaine droite, et que ce sont les hommes qui inventent des roueries sans fin. "

XIX

Oh ! la belle chose qu'un sage !
Heureux qui sait le mot de tout !
La sagesse d'un homme éclaire son visage,
Tandis que l'insolent est bien près d'être un fou.

Aie les yeux fixés sur la bouche du roi, pour lui obéir, comme si tu en avais prêté le serment à Dieu. Ne sors pas précipitamment de sa présence ; ne persiste pas avec lui dans des propos désagréables ; car il fait tout ce qu'il veut.
Un mot d'un roi, c'est une force ;
Qui peut lui dire : " Que fais-tu ? "

Celui qui exécute bien l'ordre qu'il a reçu ne connaîtra pas la disgrâce. Un esprit sage sait discerner le moment favorable et la manière de s'y prendre ; car, en toute chose, il y a le moment favorable et la manière de s'y prendre. Ce qui rend la condition de l'homme si mauvaise, c'est qu'il ignore ce qui doit arriver et que nul ne peut lui indiquer comment les choses se passeront. Personne n'a pouvoir sur le vent pour emprisonner le vent; personne n'a pouvoir sur le jour de la mort, ni assurance de s'échapper le jour de la bataille. Même la richesse, à ces moments-là, ne sauve pas toujours son propriétaire.


XX

J'ai vu tout cela et i'ai appliqué ma pensée aux faits qui arrivent sous le soleil, dans un temps où l'homme ne domine sur l'homme que pour lui faire du mal.
Ainsi j'ai vu des enterrements de scélérats. Le convoi est en marche, s'éloigne en procession du lieu saint, et on entend faire l'éloge de ces misérables dans la ville où ils ont commis leurs méfaits. Encore une vanité !
C'est parce que prompte justice n'est pas faite du mal que les hommes sont enhardis à pratiquer le mal. Tel pécheur qui a commis cent crimes arrive à un âge avancé, et cependant on m'a enseigné que le bonheur est réservé à ceux qui craignent Dieu, pour leur apprendre à le craindre ; que le bonheur ne saurait être le partage du méchant ; que celui-ci ne vit pas longtemps ; que ses jours sont comme une ombre et cela parce qu'il ne craint pas Dieu. Est-il un renversement comparable à celui-ci : des justes qui sont traités selon les œuvres des méchants, des méchants qui sont traités selon les œuvres des justes ? " Encore une vanité ! ", me suis-je dit. Alors j'ai chanté un hymne à la joie, puisqu'il n'y a rien de bon pour l'homme sous le soleil que de manger, de boire, de se réjouir, et que c'est là tout ce qui lui reste des travaux auxquels il s'est livré durant les jours de vie que Dieu lui a donnés sous le soleil.
Cherchant la vérité, poursuivant ma tentative de savoir tout ce qui se passe sur la terre, je vis ainsi les œuvres de Dieu passer sous mon regard et je reconnus que l'homme, quand même jour et nuit il refuserait le sommeil à ses yeux, ne saurait arriver à la compréhension de ce qui arrive sous le soleil. Non, quelque effort, quelque recherche qu'il fasse, il n'y arrivera jamais, et tel savant qui prétend en savoir quelque chose en réalité n'y comprend rien.

 


XXI

J'ai donc réfléchi à tout cela, et le fruit de mes réflexions a été que le sort des justes et des sages, comme celui de tout le monde, est, quoiqu'ils fassent, dans la main de Dieu. Amour et haine sont également frivoles. L'homme ne sait rien ; tout ce qui le touche est vanité.
Il n'y a, en effet, qu'une même destinée pour tous, pour le juste comme pour méchant, pour l'homme vertueux comme pour l'impie, pour celui qui est pur comme pour celui qui est souillé, pour celui qui sacrifie comme pour celui qui ne sacrifie pas. Le meilleur des hommes est traité comme le pécheur, le parjure comme celui qui respecte le serment.
Voilà le plus grand mal qu'il y ait sous le soleil c'est qu'il n'y ait qu'une même destinée pour tous. Voilà pourquoi l'âme des enfants d'Adam est pleine de méchanceté. La folie habite leur cœur pendant leur vie ; après cela, ils s'en vont chez les morts. Or cela vaut-il mieux ? Non. Les vivants au moins ont l'espoir. Un chien vivant vaut mieux qu'un lion mort. Les vivants savent qu'ils mourront tandis que les morts ne savent rien. Pour eux, plus de récompense, car leur mémoire est oubliée. Leurs amours, leurs haines, leurs rivalités ont péri depuis longtemps, et il n'y a plus désormais de part pour eux en tout ce qui se fait sous le soleil.
Or sus donc ! mange ton pain en liesse, bois ton vin en bonne humeur, puisque Dieu a fait prospérer tes affaires. Que toujours tes habits soient blancs, que les parfums ne cessent de couler sur ta tête. Savoure la vie avec la femme que tu aimes, tous les jours de ce court passage que Dieu t'a donné d'accomplir sous le soleil, tous les jours, dis-je, de ta frivole existence ; car voilà ton vrai lot, le prix des peines que tu t'es données sous le soleil.
Toute affaire qui se présente à la portée de ta main, fais-la vite ; car il n'y aura ni activité, ni pensée, ni savoir, ni sagesse dans le sheole vers lequel se dirigent tous tes pas.


XXII

J'ai vu encore sous le soleil que, quand il s'agit de course, on ne s'adresse pas au meilleur coureur ; que, quand il s'agit de guerre, ne fait point appel aux braves ; que le pain n'est pas pour les sages, ni la richesse pour les intelligents, ni la faveur pour ceux qui savent Les circonstances et le hasard règlent tout et l'homme ne connaît pas plus l'heure de sa destinée que les poissons pris dans les rets et les oiseaux pris au piège. Comme eux, les fils d'Adam sont engages dans les filets pour l'heure fatale qui tombe sur eux à 1'improviste.
Voici un exemple de sagesse que j'ai vu le soleil, et qui m'a paru frappant. Il y avait une petite ville qui comptait très peu d'habitants ; un roi puissant marcha contre elle, 1'assiégea et bâtit autour d'elle de grandes contrevallations. Or il se trouva dans cette ville un pauvre homme sage, et il fit si bien qu'il délivra la ville par sa sagesse. Et maintenant personne ne se souvient de ce pauvre homme. Et je fis deux réflexions :

Mieux vaut sagesse
Que forteresse.

La sagesse du pauvre est vite méprisée ;
A ses conseils toute oreille est fermée.


XXIII

La voix du sage, écoutée en silence,
Vaut mieux que les clameurs du roi des étourdis.

La sagesse vaut mieux que les engins de guerre ; d'un autre côté un seul pécheur suffit pour annuler beaucoup de bien. Une mouche morte gâte tout un vase de parfums ; de même tout le prix de la sagesse et de la gloire est détruit par un peu de folie.

A droite est le cœur du sage ;
A gauche est le cœur du sot.

Rien qu'à voir le sot faire un pas sur route, on voit que la tête lui fait défaut ; par sa seule démarche il dit à tout le monde : "Je suis un sot. "
II faut savoir se tenir. Si la colère du souverain s'allume contre toi, ne quitte pas trop vite ta place ; car, si on se lève trop vite, on donne lieu de croire qu'on a commis de grands méfaits.


XXIV

Il y a un abus que j'ai vu sous le soleil et dont les autorités sont la cause ; c'est quand les gens de rien sont placés en haut, et que les grands, les notables sont assis en bas. J'ai vu les valets à cheval et les princes marcher à terre comme des valets. On aura les conséquences. Celui qui creuse une fosse y tombe celui qui démolit une muraille, le serpent le mord. Celui qui taille les pierres est atteint par les éclats ; celui qui fend du bois en reçoit toujours quelque blessure. Un fer émoussé, dont on n'a pas affilé le tranchant, est une force encore ; ainsi la sagesse finit par l'emporter.
Quand le serpent mord celui qui le charme, quel beau profit pour le charmeur !

La parole du sage est de grâce remplie,
Et les lèvres du sot sont cause de sa mort.

Il débute par l'ineptie ; il finit par la plus triste insanité. Le niais multiplie les paroles.
L'homme ne sait pas ce qui a été avant lui ; qui donc lui révélerait ce qui aura lieu après lui ? Bien sot qui prend pour lui le travail fatiguant et n'a pas l'idée de venir à la ville.


XXV

Malheur à toi, pays qui as pour roi un esclave et dont les princes sont à table dès le matin ! Heureux pays, au contraire, qui as pour roi un fils d'homme libre et dont les princes mangent à l'heure convenable, pour réparer leurs forces, non par sensualité.

Le plancher s'effondre bien vite
Sur la tête des nonchalants ;
Et la maison fait eau par suite
Des bras ballants.

Misérables, qui se font un jeu du pain et du vin, faits pour réjouir honnêtement la vie... L'argent couvre tout...
Sous un tel gouvernement, il faut se défier. Même quand tu es seul avec toi-même, ne maugrée pas contre le roi ; au fond de ta chambre à coucher, ne dis pas un mot contre I'homme puissant ; car l'oiseau du ciel pourrait saisir tes paroles et les faire voyager ; la gent ailée pourrait rapporter ce que tu as dit.


XXVI

Lance hardiment ta fortune en haute mer ; avec le temps, tu la retrouveras agrandie. Fais-en sept parts et même huit ; car tu ne sais pas quel malheur peut tomber sur la terre. Quand le ciel se charge de nuages, c'est qu'une averse va tomber ; quand l'arbre se couche au midi ou au nord, l'endroit où il tombe, c'est l'endroit où il reste.

Qui sur le vent trop délibère
Perd le moment d'ensemencer ;
Qui toujours le ciel considère
Manque l'heure de moissonner.

De même que tu ignores la route que suit le souffle de vie pour arriver aux os de l'embryon dans le sein de la femme enceinte ; de même que tu ne sais rien de la façon dont Dieu fait ce qu'il fait. Sème le matin, et le soir ne laisse pas reposer ta main ; car tu ne sais pas si c'est la semailles du matin ou celle du soir qui doit réussir, ou si toutes les deux sont également bonnes.

Très douce est la lumière ;
Rien n'est bon pour les yeux comme voir le soleil.

Si un homme vit de nombreuses années, toujours en joie, qu'il n'oublie pas que les jours sombres viendront et seront plus nombreux que les jours écoulés. Tout est vanité.

XXVII

Réjouis-toi, jeune homme, durant ta jeunesse, et amuse-toi dans les jours de ton adolescence ; marche dans les voies de ton caprice et selon ce qui te semble agréable ; mais sache que Dieu te demandera compte de tout cela Ecarte le souci de ton cœur, épargne toute fatigue à ta chair ; hâte-toi, car la jeunesse et la fraîcheur passent vite.
Souviens-toi de ton créateur aux jours de ta jeunesse, avant que viennent les jours du ma et qu'approchent les années dont tu diras : " Rien ne m'y plaît. "
Avant que s'obscurcissent le soleil et la lumière, la lune et les étoiles, et remontent aussitôt après l'ondée ;

Quand trébuchent les sentinelles
Debout sur le seuil du logis ;
Quand se voilent les demoiselles
Quand se regardent par les treillis ;
Quand des forts les roideurs fléchissent ;
Quand les servantes du moulin,
En nombre insuffisant, mollissent
Et cessent de broyer le grain ;
Quand, chaque jour, on voit se fermer quelque porte,
Du côté du bazar entre le monde et soi ;
Quand, des bruits du dehors, le vent ne vous apporte
Que le cri de la meule et son grincement froid ;
Quand du petit oiseau les chansons matinales
Dissipent un sommeil venu tardivement ;
Quand aux accords charmants des notes virginales
Succède le repos du désenchantement ;
Quand on craint les moindres montées,
Que tout dans le chemin fait peur,
Que pour la sauterelle on n'a que des nausées,
Que l'amande est trop dure à des dents ébréchées
Et la câpre impuissante à rendre la vigueur :
Signe évident que déjà l'on s'engage
Dans le chemin qui mène au manoir éternel,
Et que, dans le bazar, les pleureuses à gage
Bientôt vont commencer leur pas processionnel ;

Avant que se rompe le cordon d'argent et que se brise l'ampoule d'or, que le seau se disloque sur la fontaine, que la poulie roule dans la citerne et que la poussière, faisant retour à la terre, redevienne ce qu'elle était d'abord, tandis que le souffle remontera vers Dieu qui l'a donné.
Vanité des vanités, disait le Cohélet ; tout est vanité.
Et, comme Cohélet possédait, outre cela, des trésors de sagesse, il continua d'enseigner le peuple ; il pesa, il scruta, il composa encore beaucoup de proverbes.

Cohélet rechercha les paroles charmantes;
En maître il écrivit les maximes du vrai.

 

ÉPILOGUE

Les dires des sages
Sont des aiguillons,
Des clous qui soulagent
Les efforts volages
De l'attention.

Le concile antique
Nous les a transmis
Comme œuvre authentique,
Vraiment canonique,
D'un unique esprit.

Maintenant c'est assez ; lorsqu'on t'apportera
D'autres livres, mon fils, ne les accepte pas ;
Jamais ne finira la rage d'en écrire ;
Mais la chair se fatigue à vouloir tous les lire.

RÉSUMÉ

Tout bien entendu, crains Dieu et observe ses commandements ; car c'est là tout l'homme. Il n'y a pas d'acte sur lequel ne doive s'exercer le jugement de Dieu, qu'il s'agisse de choses connues ou cachées, de bien ou de mal.

 
             


Accueil